Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Techniques de laboratoire > Examen direct du liquide céphalo-rachidien


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

Examen direct du liquide céphalo-rachidien

modalité d’examen du LCR et interprétation des résultats

L’examen direct du liquide céphalorachidien (LCR) est une urgence dans laquelle le rôle du laboratoire est fondamental : il permet très rapidement de confirmer un diagnostic de méningite, de reconnaître une cause bactérienne et d’orienter un traitement antibiotique. En effet, la méningite bactérienne est une maladie grave, et c’est seulement un traitement précoce et efficace qui peut conduire à une guérison sans séquelles.

L’analyse biologique du liquide céphalorachidien comporte trois étapes : * l’examen direct avec l’étude cytologique et la coloration de Gram pour la recherche des bactéries ; * la mise en culture suivie le lendemain de l’identification et de l’antibiogramme du micro-organisme isolé ; * l’examen biochimique : dosage des protéines, du glucose et des chlorures.

L’étude complète du liquide céphalorachidien nécessite un laboratoire équipé pour la microbiologie et la biochimie. Cependant, l’examen direct est réalisable facilement, avec peu de matériel : un microscope, une centrifugeuse (si possible, même manuelle), une cellule de Malassez et des colorants. Il est donc à la portée des hôpitaux ou des centres de santé situés en zone rurale ou dans des petites localités disposant seulement d’un petit laboratoire. C’est l’examen le plus intéressant car il donne des renseignements précieux et rapides. Il peut être réalisé en moins d’une demi-heure et les résultats doivent être transmis aussitôt.

I. Prélèvement

Il. Examen macroscopique

III. Examen microscopique

1. Numération des éléments 2. Examen qualitatif des éléments 3. Examen bactériologique

Conclusion

Le diagnostic bactériologique complet d’une méningite ne peut être fait qu’en mettant en culture le liquide céphalorachidien, mais l’examen direct s’il est bien fait peut déjà apporter des renseignements très utiles. Le liquide céphalorachidien est un liquide précieux, disponible en petite quantité. La ponction représente un traumatisme pour le malade. Son étude doit être faite le plus rapidement possible et il est nécessaire de conserver le liquide pour le cas où des recherches complémentaires devraient être effectuées.

 
Pour obtenir l'article complet extrait de la revue
Développement et Santé
(Droits de reproduction et de traduction interdits pour tous pays)
cliquer ci-dessous:



Lire l'article complet



Lire l'article complet

Domaines abordés :
Techniques de laboratoire

Secteurs abordés :
Biochimie

Mots-clés et articles associés:
glycorachie
GRAM
   Colorations usuelles en bactériologie (article)
LCR
Malassez
proteinorachie
méningites

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia