Le strapping

 

 

par Christian Bellivet*, Alain Lavabre**, Philippe Piétri**

*Chirurgien orthopédiste, Hôpital Avicenne, Bobigny, France.

**Plâtrier, Hôpital Avicenne, Bobigny, France.

Le strapping est une méthode d'immobilisation ou contention souple. Elle est indiquée comme contention au niveau des membres et des ceintures, tant pour le membre supérieur que pour le membre inférieur. Nous présentons ici les strapping dans les entorses de cheville, de genou, du pouce et au décours des luxations acromio-claviculaires.

Avant la mise en place du strapping, on doit tenir compte de son support, la peau. L'existence de lésions cutanées à type d'érosions, de plaies ou de phlyctènes implique une désinfection préalable et, si besoin, la réalisation d'un pansement.

Une fois la peau protégée, la réalisation d'un strapping efficace et confortable nécessite le respect de quelques règles, quelle que soit la topographie : les embases ou ancrages sont indispensables à la mise en place des bandes posées sous la forme de circulaires ou d'hémi-circulaires, sans tension excessive pour éviter une compression et "un effet garrot". Après la mise en place de l'ancrage, les bandes actives sont posées. C'est la tension de ces bandes qui détermine l'efficacité du strapping.

Le matériel de base est l'élastoplaste, synonyme de bande élastique adhésive, dont la largeur varie avec la topographie de la lésion.

I. Contention dans l'entorse du ligament latéral externe (LLE) de la cheville

1. Indications
Il s'agit de traumatismes en inversion varus équin, c'est-à-dire le pied tourné vers l'intérieur. L'entorse est essentielle ou secondaire à un pied creux, une paralysie L5 ou une affection neurologique. La contention élastique est thérapeutique dans les entorses essentielles et adjuvante dans les autres cas.

2. Matériel

Le matériel nécessaire est le suivant :

3. Technique (figure 1) jambier antérieur et le tendon d'Achille (1). - Un ancrage supérieur, à l'union du tiers inférieur et du tiers moyen de la jambe, sous la forme d'une circulaire appliquée sans tension.
- Un ancrage inférieur, au niveau de l'avant pied, sous la forme d'une circulaire appliquée sans tension. - Le premier étrier est appliqué à la face interne de la jambe, depuis l'ancrage supérieur, passant en arrière de la malléole interne, puis à la face inférieure du talon et revenant sur la face externe de la jambe, jusqu'à l'ancrage supérieur, en passant en arrière de la malléole externe. C'est sur la face externe que la tension mise dans la bande est importante. Il est nécessaire ici de bien étirer la bande pour éliminer partiellement son élasticité (3 et 3bis).
- Le second étrier vertical est appliqué selon le même principe, mais il doit passer en avant des 2 malléoles et chevauche le premier en tuile, de moitié (4 et 4bis). - Fermeture inférieure : on applique la première bande à la face plantaire, au niveau de l'ancrage inférieur, en rabattant les deux chefs latéraux sur le dessus du pied, sans tension. On procède de la même manière avec les autres bandes en les faisant chevaucher en tuile à demi, jusqu'à ce que l'on atteigne le devant de la jambe.

- Fermeture supérieure : on applique la première bande à la face postérieure de la jambe, en rabattant les deux chefs latéraux sur le devant de la jambe, depuis l'ancrage supérieur, jusqu'au niveau des malléoles. Les bandes successives doivent se chevaucher en tuile et être posées sans tension.

4. Durée d'immobilisation

Elle est de 15 jours pour les entorses bénignes et de 5 semaines pour les entorses graves.

Il faut souligner la gravité et l'importance du diagnostic de variété.

 

 

Il. Contention de l'épaule

1. Indications
Ce sont les disjonctions ou luxations acromio-claviculaires et les fractures de la clavicule peu ou pas déplacées.

Dans les disjonctions acromio-claviculaires, comme pour les entorses de chevilles, on doit être vigilant et éliminer tout ce qui n'est pas justifiable de la méthode qui sera réservée aux formes sans déplacement ou de déplacement inférieur à 5 mm (stades 0 et 1).

2. Technique (figure 2)

3. Durée de port

4 semaines

 
III. Contention du pouce

1. Indication

C'est l'entorse du ligament latéral ulnaire de la métacarpo-phalangienne du pouce, pour stabiliser la prise pouce-index sur son versant externe. Le traitement de l'entorse grave peut être chirurgical.

2. Matériel

Le matériel nécessaire est le suivant :

3. Technique (figure 3) - Attelle de limitation du valgus et de la rotation interne en élastoplaste de 3cm (2). 4. Durée de port

Cette durée va de 12 à 15 jours pour les entorses bénignes, de 4 à 5 semaines pour les entorses graves.

 
IV. Contention du genou

1. Indication

C'est l'entorse bénigne du ligament latéral interne (LLI). Les autres lésions doivent être éliminées par l'examen clinique et les radios. L'entorse grave du LLI isolée peut-être traitée par cette méthode.

2. Matériel

Le matériel nécessaire est le suivant :

3. Technique (figure 4) - Le premier est appliqué à la face interne de la jambe, depuis l'ancrage supérieur jusqu'à l'ancrage inférieur.

- Le deuxième étrier vertical est appliqué à la face externe de la jambe (3).

4. Durée de port

Cette durée va de 12 à 15 jours pour les entorses bénignes, de 4 à 5 semaines pour les entorses graves.

V. Conclusion

La technique du strapping pour les lésions évoquées donne d'excellents résultats. Ces bons résultats sont largement fonction de la rigueur apportée à la confection de l'appareillage.

 
Santé et développement, n° 154, août 2001